Lire aussi

  • 4è journée

  • 3è Journée

  • Vidéo

  • 1re journée

  • Challenge loisirs

  • Accueil > Archives > 2007/2008 > Interclubs > 2è Journée

    2è Journée
    2è Journée

    De mal en pis

    mercredi 9 janvier 2008, par Joss

    En ce dimanche d’Epiphanie, vos valeureux héros affrontent encore deux ogres de la D2, Longuenesse et Montreuil. Au classement général provisoire, nous sommes avant-derniers. Il pèle ce matin et en plus je prends la bordure cachée du parking Leclerc. Pas besoin de tripatouiller les entrailles fumantes d’un bouc pour y voir un mauvais augure.

     Sur le parking

    Il y a Charlotte, Patrick, Xavier, Ricou, Pierrick (j’croyais qu’il était barré à Cherbourg ?), Jean-Marc, Jocelyn et Franck nous fait le cadeau de ce qu’il y a de meilleur chez lui en bad : Sylvie. J’déconne Franck, un de ces quatre tu pourras de nouveau revêtir ta perruque magique en interclub. Et Jérôme ? Et bien qu’on me permette de rendre hommage à Jérôme en quelques lignes. Jérôme a décidé de ne pas jouer dimanche, non pas à cause d’un obscur mal de dos contracté lors d’un hypothétique déménagement, mais bien pour que chacun d’entre nous puisse jouer deux fois. Ca c’est l’Jésus sur la Croix du VOC. Total respect man. Marie ? Elle est malade. Putréfaction charognarde, un truc dans le style...

     Longuenesse, râââh de peu !

    Etant donné que notre numéro 1 n’a pas bu son café (il n’est pas encore fait à 8h50 !!!, le café, pas Pec-pec), nous débutons la rencontre par les doubles. Un double mixte inédit Sylvie et Ricou, ainsi que Jean-Marc et moi face à un géant en dreadlocks et un petit gabarit tout en muscles avec un haut de combinaison de super héros, un truc que tu vois à travers qu’il y a pas un pet de graisse. Déjà pendant l’échauffement, le géant nous fait des bonds de cabri sur des dégagés imprenables avant de smasher dans un bruit de tonnerre. C’est p’têt dû aussi au fait que la salle de Montreuil semble être montée sur des vérins hydrauliques qui accentuent le choc de la retombée. Bref, tétanisés par l’enjeu Jim et moi ne sortons pas le jeu flamboyant qui fait la joie de notre public lors de nos entraînements. Pourtant merde ce n’est "que" de la départementale ! En plus je sers pis qu’une daube et en D2 ça ne pardonne pas. Deux sets secs, à dégager. En même temps c’est notre seule et unique défaite en 2008... ;) En revanche à côté, Sylvie pour sa première compétition et Ricou entretiennent la flamme de l’espoir en emportant aussi la décision en deux sets secs. Je n’ai pas vu le match, mais le résultat est énorme.

    C’est au tour de Xavier et Patrick de souffrir face à super-abdos/tétons dardés et Rastafari le géant. On assiste à des confrontations physiques opposés, les petits contre les grands. Il y a déjà un point commun dans ces matches, le premier set. Une peignée pour Patrick comme pour Xavier. Xavier, c’est le vampire du bad, il ne commence à sortir son jeu qu’au coucher du soleil. Du coup il s’en reprend une dans le second set. Pourtant il a ses baskets blanches et bleues, celles qui courent vite. En revanche Pec-Pec le magnifique met une gifle à son adversaire dans le deuxième set. Tout se joue entre le deuxième et troisième set, alors que le rasta dégingandé récupère en prenant son temps, Patrick se refroidit (glaciale, la salle montreuilloise), et du coup à l’entame du dernier set il se prend huit points dans les dents. Huits points qu’il ne récupérera jamais. Bon, trois à un, le mieux qu’on puisse espérer dorénavant c’est le nul.

    Justement Pierrick entre en lice pour défendre les couleurs qui l’ont porté au firmament du tournoi de Marles-les-Mines. Et dans le premier set, il les couvre de honte, les belles couleurs du VOC, j’aperçois même furtivement des gens cracher par terre à la vue de ses échanges. Las ! il concède le premier set dans une indignité à faire frémir un centre de rétention administratif. C’est alors que Charlotte débute son match face à Capucine. Capucine c’est l’ogresse de la D2, jolie p’tite ogresse, elle ressemble p’têt à un papillon, mais c’est avec des chenilles qu’elle passe sur le corps de ses adversaires. Jusqu’à présent elle a joué en short, mais c’est en jupe qu’elle se tient face à Charlotte. A ce niveau, c’est mission impossible, c’est comme si t’avais un roi et que ton adversaire te claque un as. Il n’en reste pas moins qu’au cours de cette confrontation, on voit les énormes progrès de Charlotte, parce que son adversaire est obligée de lâcher tous ses coups pour que notre vaillante combattante cède son match. Un surcroît de puissance et Charlotte devient la terreur de la départementale. Quatre à un nous perdons la première rencontre. Et Pié-pié ?

    Heureusement il se rappelle dans le deuxième set, qu’aujourd’hui, il n’est pas Pierrick l’obscur, mais une des chevilles ouvrières du badminton boulonnais. Là où d’autres auraient baissé les bras, le regard du jaguar désillent les yeux de son adversaire. Sur un volant de match Pié-pié tente l’impossible, une amortie perrave qui surfe avec la bande, mais empêche son adversaire de convertir le match. Alors, dans le ciel, l’ombre de Marles résonne tel le cri de l’aigle sur les Andes. Ca veut rien dire, mais ça te parle comme du Jean-Claude Vandamme. Et le gars Pierrick s’en va remporter le set, poussé par la foule en délire. On a beau dire, mais je pense que son adversaire ne s’est jamais vraiment remis de ce revers, et Pierrick déroule habilement le troisième pour finalement remporter son match. Il s’agit d’une très belle performance, d’autant plus qu’elle est vaine. Quatre à deux, nous sommes passé à deux doigts du partage des points.

     Montreuil une pilée à moitié méritée

    Ca y est notre Pec-Pec est chaud et bien éveillé pour affronter son second numéro un de la journée. De son côté Ricou entre en lice face à une vieille connaissance, Nicolas PAUL. Avant il jouait dans l’équipe de Verton en D4, et il avait mis une fessée cul nul à Xavier lors du tout premier interclub des loisirs. Un client énorme et en plus Eric (comme quasiment tout le VOC) sort tous ses dégagés. En fait, il suffit de savoir que chaque équipe possède une salle particulière, à Montreuil les terrains sont plus courts, chez nous les filets sont plus hauts, à Saint Etienne les terrains sont cabossés. Le temps que tu t’en aperçoives, le match est bouclé. Du coup, Ricou ne frappe plus et c’est du pain béni pour son adversaire qui se balade dans le premier set. Dans le second on assite à une révolte strombonienne, mais le découragement est là, et quand Ricou trouve pas la clé du match tout de suite, il se fait pas chier à la chercher. L’affrontement tourne à l’avantage de ce nouveau VOCminator.

    Patrick, quant à lui, déroule un admirable premier set, puis continue dans le second, mais son adversaire se révèle très bon finisseur. Heureusement que Pec-pec a une réserve de points suffisante pour emporter la décision. Un match partout, tout est encore possible lorsque Charlotte et Xavier entrent sur leur terrain respectif.

    Mais là pour Xav’ le vampire à basket, c’est encore pire que le premier match vu qu’il a le soleil quasi en pleine face, il se prend une dégelée dans le premier set face à un adversaire qui prend même le temps d’encourager sa femme qui joue sur le terrain d’à côté contre Charlotte. Un match homérique du reste, Charlotte remporte le premier set grace à une bonne entame, ensuite elle concède le deuxième sur le fil. Pendant ce temps-là Xavier laisse échapper le second set d’un fil, son adversaire ayant suffisamment d’expérience pour ne pas lâcher les points cruciaux. Et dire que Xavier s’est levé encore plus tôt pour être encore mieux prêt ! Xavier c’est l’Brad Pitt des vampires, il préfère bouffer des caniches plutôt que de trancher une bonne jugulaire humaine. A l’entrainement faut l’voir cavaler, mais à la compète mieux vaut s’voiler la ce-fa. Et Charlotte ! Bon elle court, elle fait des marathons dans la vraie vie, du coup le physique, elle l’a pas de blème, mais pareil en face en plus écarlate, son adversaire a pris sa mesure et remporte à son tour son match. Encore un match perdu sur le fil.

    Pendant que Charlotte récupère, Pierrick et moi nous alignons devant les numéros deux et trois de Montreuil. Le premier set est bâclé, j’peux pas dire mieux, je balance la moitié des volants dehors et Pierrick l’autre moitié dans le filet et vice et versa. Pierrick c’est normal, il a déjà la tête à Cherbourg, à fond dans son nouveau boulot : la veille internet. Après, forcément c’est dur de bouger dans la vraie vie. Une premier set piteux, du coup ça me met en rage et je veux à toute force que le second set devienne un deuxième (il y a un truc à comprendre). Motivés comme jamais nous sortons nos tripes, mais dans n’importe quel échange le moindre coup mal appuyé nous est fatal. Nous ne commettons plus de fautes directes, mais nos adversaires sont un ton au dessus et font la différence en un toucher. Dégoûtés nous nous inclinons sur le même score piteux : dix points d’écart à chaque set !

    A côté, le mixte Montreuillois et Charlotte et Jim remportent chacun un set. Pour le dernier accroché, c’est le soleil dans la face qui fait la différence, manque de bol c’est notre couple vedette qui en fait les frais. Elle est vraiment pas top quand il fait un beau soleil cette salle. Au final nous nous inclinons lourdement cinq à un.

     En conclusion

    Si nous avions des doutes en début de saison sur notre place en D2, ils sont balayés ce jour. Une journée sans points, c’est la première fois en quatre saisons (et sans la pizza éponyme). Pis il reste du lourd à rencontrer. Nous sommes avant-derniers grâce au point average. Vivement l’année prochaine en D3 !

     Voyons ce que donnent les chiffres

    Deux défaites.

    En détail (les victoires du VOC sont en gras) :

    Boulogne 2/4 Longuenesse
    Patrick PECQUEUX 9/21 - 21/5 - 13/21
    Xavier OUDIN 13/21 - 10/21
    Pierrick MARY 16/21 - 25/23 - 21/15
    Charlotte VERPOORT 18/21 - 18/21
    Sylvie P./Eric S. 21/17 - 21/19
    Jean-Marc M./Jocelyn K. 15/21 - 9/21
    Boulogne 1/5 Montreuil
    Patrick PECQUEUX 21/12 - 21/18
    Eric STROMBONI 7/21 - 13/21
    Xavier OUDIN 10/21 - 19/21
    Charlotte VERPOORT 21/17 - 17/21 - 11/21
    Charlotte V./Jean-Marc M.  14/21 - 21/12 - 15/21
    Pierrick M./Jocelyn K. 11/21 - 11/21