Lire aussi

  • Classement J3

  • 3e journée R1

  • 2e dimanche D3

  • 2e journée

  • Bonne surprise !

  • Calendrier R1

  • Accueil > Archives > 2008/2009 > Interclubs > 1er dimanche D3 08/09

    1<sup class="typo_exposants">er</sup> dimanche D3 08/09
    1<sup class="typo_exposants">er</sup> dimanche D3 08/09

    La saison démarre à nouveau en D3

    mardi 9 décembre 2008, par Joss

    Après une saison laborieuse en D2, même si nous terminâmes dans le milieu du classement (grâce à beaucoup de forfaits), j’accède aux suppliques de la moitié molle du groupe (dont je fais partie) de revenir en D3. Dans le même temps, l’équipe déplore le départ de cadres Pierrick (qui a mis 2 interclubs à disparaître quand même) et Ricou qui a quitté la région. Mais il reste le noyau dur, Charlotte, Marie-Laure, Jérôme, Patrick, Xavier et Jocelyn.


    Nous nous déplaçons donc à Saint-Etienne-au-Mont sans mètre étalon (à ne pas confondre avec les maîtres-étalons dont le VOC est puissamment fourni) du niveau de l’équipe à Saint-Etienne pour entamer le derby classique de la saison. Aurons-nous une place de choix en D3, ou galérerons-nous dans le ventre mou du classement à l’instar de nos précédentes saisons ? Pour achever le portrait de l’équipe j’ai perso une bonne nuit de quatre heures au compteur grâce à mon dernier descendant tout frais né la semaine d’avant et Jean-Marc autant de sommeil mais encore avec cinq grammes dans le sang (mais lui c’est pour le boulot, c’est pas pareil, d’ailleurs c’est honteux de faire bosser les gens le dimanche à 2h du mat’).

     Saint-Etienne, le frémissement

    Bon, on se fait doucher par la défaite d’entrée de jeu du Roc des loisirs du VOC, l’inamovible Vétéran 2, Patrick Pec-Pec. On ne revient pas là-dessus, si ce n’est pour dire que ce n’est pas glorieux même si son adversaire joue juste. Deux sets secs franchement, on se dit pouah, on a bien fait de redescendre. Dans le même temps Xavier nous rassure un peu avec une victoire en deux sets.

    Que dire de la performance de Jérôme ? Aligné en simple, il oppose son style tout en attaque, d’autres diraient de bourrin moyen (Ricou si tu nous lis...), à un adversaire académique (style des longs dégagés, avec des amorties et tout). Jérôme, c’est pas le gars qui cherche à comprendre, volant pas assez haut pour le déborder, boum patate, t’as pas besoin de lui geuler dessus "ATTAQUE" pendant trois plombes (bazar, si tu nous lis...). Du coup, sa fébrilité le quitte vite fait dès le premier set, et la confiance engrangée lui permet d’assurer l’essentiel dans le second. Nous menons deux à un.

    Aaah Charlotte ! Déjouant tous les pronostics, elle remporte le premier set, mais l’expérience et la technique en face, ont raison d’elle dans les deux suivants, donc finalement elle ne déjoue pas les pronostics tant que ça. Enfin les pronostics de Patrick, moi j’oserais pas, hein. Deux à deux, pour pécho au minimum le point du nul, il faut qu’un des doubles soit décisif.

    Fi de l’attente ! Jean-Marc et moi rassurons l’équipe de manière limpide, j’vois pas d’autre qualificatif, malgré une opposition honnête, en deux sets secs, et j’reste modeste. Vu que Jean-Marc est chaud il reste sur le terrain du mixte avec Marie. Là c’est une autre danse, le match se joue de manière extrêmement serrée et tendue, d’autant que Marie est plus ou moins malade (mais bon elle a ramené des bonbons, du coup on la pardonne, enfin méfiez-vous des Monchéri quand même). Bref le score est tendu comme un string (comme on dit chez Bigard quand on ne parle pas du 11 septembre), mais finalement bascule en notre faveur. Quatre à deux, mazette, ça c’est un début de saison en fanfare !

     Aire, on déroule

    Patrick retrouve enfin ses doigts qui étaient planqués profond dans son fondement et expédie son simple, comme on aime le voir faire. En revanche Xavier tombe sur un petit jeune qui remporte le premier set et qui applique le règlement (bin il s’arrête souffler à onze points), alors ça énerve le Grand (bin ouais, si tu connais pas Xavier, il est juste en dessous des deux mètres, mais il est souvent sympa quand même, bon il te regarde de haut, mais c’est pas de sa faute, c’est eu égard à son physique quoi, sauf si toi tu fais deux mètres dix, alors bon, ça s’inverse), qui lui compte des fautes de pied au service. Ça en départementale je l’ai vu faire qu’une fois, ah ouais c’était Jérôme..., bon on est pas mauvais joueurs, sinon, en règle générale, hein. Du coup le gamin ça le perturbe et Xavier impose son jeu et remporte le match.

    Charlotte pendant ce temps fait une démonstration en remportant son match tranquillement en deux sets secs en laissant moins de dix points à son adversaire. Trois à zéro. J’estime que c’est trop tôt en saison pour remporter une rencontre six à zéro, c’est pourquoi je m’incline en simple en deux sets secs. En vrai mon adversaire est supérieur à tout ce que je peux faire d’une classe ou deux minimum, j’suis infoutu de lui mettre dix points dans un set.

    Jean-Marc s’attelle aux deux doubles, d’abord le mixte avec une Marie très solide, remporté sans coup férir (donc les deux points de la victoire sont acquis), ensuite avec un Jérôme combatif et hurleur (vous verrez bientôt ce que ça signifie en son et images), pour nous donner une victoire en un point-average particulièrement flatteur. Cinq à un, c’est pas tous les jours.

     Fruges la confirmation

    C’est l’histoire des premiers sets en simple homme. Ils sont tous très disputés que ce soit Patrick, Xavier ou Jérôme à la manœuvre. Et sont remportés tous les trois par les pensionnaires du VOC. Ensuite vient le découragement (?) de l’adversaire, et nos valeureux joueurs engrangent les points. A noter qu’on a découvert en Jérôme notre nouveau troisième joueur de simple, il ne se pose pas (trop) de question, et fait le job. Lui, Xavier et Jean-Marc sont les invaincus du jour. Trois à rien, on tient déjà le nul.

    Marie, j’vous ai dit qu’elle est malade, hein ? Bon mais même en pleine forme, elle aurait eu du mal. Elle perd le match mais gagne deux fleurs écarlates écloses sur ses joues (putain que c’est beau on dirait du Ronsard : Mignonne allons voir si la rose qui ce matin avoit desclose... sur les joues à Marie).

    Une fois encore, la victoire dépend des double. Patrick et moi tombons sur une paire qui ne possède pas d’automatismes et nous déroulons sans difficulté le match qui nous permet d’engranger notre troisième victoire. Ensuite Charlotte et Jean-Marc assurent un point-average magnifique grâce à leur match remporté sans frémir en deux sets. Encore un cinq à un.

     Pour conclure

    Nous n’avons jamais débuté une saison aussi fort, trois victoires avec seulement quatre matches concédés pour quatorze remportés, c’est grand. Peut-être aurions-nous dû rester en D2 finalement, car comme le répète le Prez, à vaincre sans péril on triomphe sans gloire.

     Voyons ce que donnent les chiffres

    Trois victoires.

    En détail (les victoires du VOC sont en gras) :

    Boulogne 4/2 Saint-Etienne
    Patrick PECQUEUX 13/21 - 19/21
    Xavier OUDIN 21/14 - 21/17
    Jérôme TELLIEZ 21/7 - 21/18
    Charlotte VERPOORT 21/17 - 14/21 - 17/21
    Marie-Laure H./Jean-Marc M. 21/19 - 16/21 - 21/17
    Jean-Marc M./Jocelyn K. 21/17 - 21/17
    Boulogne 5/1 Aire-sur-la-Lys
    Patrick PECQUEUX 21/10 - 21/16
    Xavier OUDIN 14/21 - 21/17 - 21/13
    Jocelyn KOLASA 9/21 - 7/21
    Charlotte VERPOORT 21/6 - 21/4
    Marie-Laure H./Jean-Marc M. 21/14 - 21/13
    Jean-Marc M./Jérôme T. 21/19 - 21/14
    Boulogne 5/1 Fruges
    Patrick PECQUEUX 21/19 - 21/10
    Xavier OUDIN 23/21 - 21/10
    Jérôme TELLIEZ 21/17 - 21/7
    Marie-Laure HUMBLOT 8/21 - 12/21
    Charlotte V./Jean-Marc M. 21/10 - 21/11
    Patrick P./Jocelyn K. 21/7 - 21/8