Lire aussi

  • La R1 dans la poche

  • D5, 4è journée

  • Champions de R2B

  • J9 Pré-Nationale

  • J8 Pré-Nationale

  • D5, 3è journée

  • J4 Régionale 2B

  • J7 Pré Nationale

  • J6 Pré-Nationale

  • J5 Pré Nationale

  • Accueil > Archives > 2011/2012 > D5, 2è journée

    D5, 2è journée
    D5, 2è journée

    Un chemin de croix le dimanche, c’est pas chrétien.

    lundi 30 janvier 2012, par Joss

    Mais en quelle division faudra-t’-il descendre pour avoir, si ce n’est des matches faciles au moins des matches abordables ? Les pieds nickelés qui font le con dans une autre salle de sport que la leur le dimanche contre des adversaires inconnus, c’est fini ! Non là en D5 on voit des trucs hallucinants : des gens qui s’échauffent (note pour plus tard : ça n’a pas porté chance cette pauvre pensionnaire d’Aire-sur-la-Lys vu qu’elle est repartie sur un brancard à la fin de la journée), d’autres qui élaborent des tactiques inédites pour nous battre, Le Touquet qui non seulement n’a pas de joueur forfait, mais aussi une équipe qui tient la route. Non franchement il se passe des trucs de dingues en D5 !


    Aujourd’hui les Pieds Nickelés du VOC, qui viennent s’empiffrer de saloperies hyper caloriques, sucrées, bourrées d’acides inconnus et autres conservateurs de l’espace, avec quelques pâtisseries maison - ah quand même - en faisant un peu de sport en même temps pour se donner bonne conscience, sont au nombre de sept cette fois : deux filles, Marie et Aurore et cinq gars, dans le désordre, Jean-Marc, Renaud, Jérôme (personne ne veut de lui en D2, nous nous sommes dévoués), Dominique et Jocelyn.

     Aire-sur-la-Lys la tactique du sandwich

    Bon commençons par un peu d’auto-flagellation, en tant que mieux classé ex-aequo avec Renaud, je m’aligne donc en joueur 1 contre un adversaire certes jeune mais prenable. Je remporte le premier set à l’expérience et à la rouerie, et j’obtiens même un volant de match dans le deuxième, mais voilà, je tente le service de fou : placé, puissant dans une cloche magnifique qui finit hors du terrain. Je perds le set et le match vu que dans le troisième je n’arrive pas recoller. Râââh quand on a un volant de match on gagne le match merde ! Pendant ce temps Jean-Marc prend une dégelée face à un gars qui élabore des tactiques. Dominique fournit un match plus engagé, reste souvent au contact de son adversaire, mais toujours trois points derrière, et ça c’est ballot, parce que celui qui gagne doit être devant, forcément.

    Aurore et Renaud peuvent légitimement nourrir des regrets (ils sont obèses les regrets depuis le temps qu’on les nourrit), mais ils sont en face du stratège qui piège Renaud dans sa redoutable tactique du sandwich. Je n’ai pas exactement saisi le sens de cette tactique, mais bon quelque part elle est efficace, vu que notre double mixte s’incline en trois sets hyper serrés. Comme le souligne Renaud, il est bien content de n’être pas la victime la tactique de la brochette, rapport à la viande à enfiler. Bon bin un p’tit 4-0 dans les loupes. Reste Jérôme le transfuge de la D2, pour qui tous ces matches sont une plaisanterie, aligné avec Jean-Marc dans le double homme. Et ça se sent qu’ils sont parents (même par alliance éloignée) vu la complicité qui règne entre eux. Ils remportent leur match en deux sets avec le plus petit écart possible. Et Marie la magnifique maraboute son adversaire qui fait une crise d’hypoglycémie en plein match. C’est sûrement à force de nous voir nous bâfrer de milles immondices hyper-saturées en tout ce qu’il ne faut pas que la pauvrette a oublié de s’alimenter. Pour la petite histoire, c’est aussi elle qui finira dans le brancard avec un truc waouh au niveau de la cheville. C’était définitivement pas son jour. Jeune fille si tu nous lis...

    La journée commence par une défaite 4-2 face à Aire en plus.

     Fruges la faute de pied

    Un flair énorme me fait composer une équipe inédite, joueur numéro 1 Renaud et Jérôme en numéro 2. Et Renaud justifie enfin son rang en construisant un match solide et technique, j’irai pas jusqu’à dire physique, quoique il court sur un ou deux volants des fois. Et il remporte son premier simple depuis, depuis ma foi, quelqu’un se souvient la dernière fois où Renaud a remporté un simple ? Que dire de Jérôme ? Il déroule tranquillement dans le premier set, pinaise ça se sent qu’il vient de la D2. Bon mais c’est Jérôme, du coup il se relâche dans le deuxième, la joue trop facile et même le point de la faute de pied n’arrive pas à le remettre en selle.

    Le point de la faute de pied t’interpelle-t’-il lecteur-trice ? Aaaah c’est donc que tu ne connais pas Jérôme Da Killer ? A chaque saison Jérôme marque au moins un point de faute de pied. Pour rappel il faut garder les deux pieds au sol au service, certes ce genre de litige n’arrive qu’en régionale ou en nationale, et bien Jérôme l’a importé en départementale. Et aujourd’hui, Mesdames, Messieurs, je suis fier de vous annoncer qu’il en a établi une variante. Son pauvre adversaire, ignorant du danger, se trompe de côté pour servir. Que fait Jérôme ? Prévient-il son adversaire de sa méprise pour que le brave homme change de côté ? Non Mesdames Messieurs il attend que sa victime serve pour lui hurler avec force postillons FAUTE DE PIED TU T’ES TROMPÉ DE CÔTÉ BOUFFON ! Bouffon, c’est moi qui le rajoute. Du coup l’autre voyant sa méprise n’a même pas la force de protester de sa bonne foi que Jérôme récupère le service et un point par dessus le marché. Enorme. Du coup ragaillardi par ce mauvais coup Jérôme se rassure dans le troisième qu’il remporte aisément, en construisant carrément mieux ses points.

    Dominique tombe sur le simple homme peut-être le plus difficile de Fruges, mais se sort habilement du piège et en deux sets secs s’il vous plaît, ah il est solide Dominique, il est pas bavard sur un terrain mais il fait le job. Aurore s’aligne à son tour et est menée d’entrée de 6 points. Elle n’oublie pas de ses longues après-midi de sèche au baby du bistrot de la Place, que 7-0 fanny paie un coup au bar, se ressaisit donc et au terme d’une lutte acharnée remporte le premier set face à une adversaire coriace. Ensuite elle profite de l’entraînement de fer auquel je l’ai astreinte vendredi pour remporter un simple de toute beauté. Ah oui Aurore tape aussi très fort psychologiquement avec un investissement fort judicieux dans une jupe, à l’instar de son adversaire du jour. Avec Isabelle je crois bien que c’est la première fille qui fait un interclub en jupe en loisirs. Erratum, après vérification Aurore est bien la seule fille des loisirs à l’heure actuelle qui ait jamais joué en jupe.

    Il reste à soigner notre point average avec les doubles, Marie-Laure et Jean-Marc ne laissent aucune chance à leurs adversaires et j’avoue bien humblement que Jérôme et moi faisons de même face aux nôtres. 6-0 notre première roue de bicyclette, ça fait du bien son cœur.

     Le Touquet, le derby à ne pas perdre

    "- Moi je veux bien jouer en simple contre Le Touquet", "- Non, moi" : c’est le leit-motiv du jour chez les gars de l’équipe. Pensez donc en deux confrontations en départementales nous avons toujours gagné 6-0 (une fois aidé par un forfait et l’autre fois parce que leur fille était malade). En plus Le Touquet ils sont sympas et fair-play. Et bien tout ça a bien changé. Suite à une incroyable erreur du Codep (j’vois pas ça autrement) le joueur 1 du Touquet n’est autre que Guillaume Lemaire un ex-C4 devenu D1 qui jadis s’entraînait avec Olivier sous la férule de notre Président en personne. Un D1 en D5 ! Et le niveau a baissé ! Et c’est moi qui m’y colle. Tétanisé par l’enjeu je laisse filer le premier set et le troisième au physique. Eh oui ça veut dire que je remporte le deuxième, aidé en cela par Laetitia qui me coache fort utilement et par mon adversaire qui commet énormément de fautes directes. Un match plein et agréable somme toute avec un adversaire sympa qui passe le bonjour au Prez (Daniel si tu nous lis). Et ce set je veux le dédier aux p’tits jeunes qui m’ont mis minable ces derniers temps, à toi Ben, Kevin, ch’Roux et les autres à venir. Ensuite c’est Jim qui affronte le joueur 3 et qui nous remet dans la course, tranquillement. Là où ça commence à se gâter c’est le simple dame où Marie se fait malmener par une joueuse Touquetoise qui construit de superbes points quand elle est en pleine santé. Pourtant Marie répond présente, notamment avec un smash pleine face sur son adversaire, mais cette dernière est simplement plus forte.

    Voyez Renaud, c’est pas le p’tit gars qui fait pitié, mais en face de lui, il y a une montagne, le géant Touquetois, à tel point que quand on les regarde tous les deux sur le terrain, on a l’impression que Renaud est un modèle réduit de son adversaire. C’est pas la taille qui compte, hein ? Au terme d’une rencontre de titans, face à laquelle une finale Nadal Djoko c’est de la rigolade, Renaud passe tout près de l’exploit, mais s’incline en trois sets. Une satisfaction il a réussi à lobber son adversaire une fois. Quant à Aurore et Jean-Marc, il joue en mixte pour la première fois ensemble, aah la magie de la nouveauté... Bin c’est moyennement efficace en compétition. Dans le second set ils arrivent enfin à trouver des automatismes, mais c’est un peu tard malheureusement. A ce moment il ne reste plus que Dominique et Jérôme pour nous sauver d’une déroute infamante, mais ces derniers terriblement affectés par le drame qui se déroule sous leurs yeux, la pauvre airoise dont je vous entretenais tantôt vient de hurler de douleur suite à son accident waouh au niveau de la cheville, immobilisée dans du plastique transparent elle attend paniquée la venue de Dexter des pompiers, Marie, pas de Dexter, n’ont plus vraiment le cœur à jouer. C’est difficile de jouer quand on a les yeux remplis de larmes, il n’y a que comme ça que je peux expliquer la fessée qu’ils ont prise dans le dernier double de la journée.

    Le Touquet a lavé dans le sang les humiliations que nous lui avons fait subir dans le passé, bin si, j’suis désolé un 5-1 c’est pfouh face à deux 6-0 quand même.

     Pour conclure

    On a retrouvé le bon esprit déconnade et calories qui fait tout le sel de l’équipe en départementale, mais honnêtement on est bon pour stagner dans le ventre mou du classement cette année encore. L’équipe est au complet mais l’adversaire est rude même si la pente est droite. Et nous n’avons pas encore rencontré Saint-Etienne-au-Mont, un autre derby à ne pas perdre...

     Voyons ce que donnent les chiffres

    Une victoire, deux défaites.

    En détail (les victoires du VOC sont en gras) :

    Boulogne 2/4 Aire-sur-la-Lys
    Jocelyn KOLASA 23/21 - 21/23 - 16/21
    Jean-Marc MAUCCI 10/21 - 18/21
    Dominique DECOUT 18/21 - 17/21
    Marie-Laure HUMBLOT 21/8 - 21/4
    Aurore S./Renaud D. 21/18 - 19/21 - 15/21
    Jérôme T./Jean-Marc M. 21/19 - 22/20
    Boulogne 6/0 Fruges
    Renaud DESFACHELLES 21/13 - 21/18
    Jérôme TELLIEZ 21/9 - 13/21 - 21/14
    Dominique DECOUT 21/18 - 21/15
    Aurore SEGERS 21/16 - 21/7
    Marie-Laure H./Jean-Marc M. 21/13 - 21/9
    Jérôme T./Jocelyn K. 21/13 - 21/9
    Boulogne 1/5 Le Touquet
    Jocelyn KOLASA 13/21 - 22/20 - 10/21
    Renaud DESFACHELLES 12/21 - 23/21 - 18/21
    Jean-Marc MAUCCI 21/17 - 21/14
    Marie-Laure HUMBLOT 15/21 - 13/21
    Aurore S./Jean-Marc M.  15/21 - 20/22
    Dominique D./Jérôme T. 12/21 - 9/21

    Bientôt les photos. Il paraît qu’il y en a des cocasses m’a dit Renaud : Dominique et Jean-Marc qui s’échangent leurs vœux sous la douche, hien, comment ? C’est une connerie ?