Lire aussi

  • D4 - 4e journée

  • D4 - 3e journée

  • D4 - 1e journée

  • Accueil > Archives > 2015/2016 > D4 - 2e journée

    D4 - 2<sup class="typo_exposants">e</sup> journée
    D4 - 2<sup class="typo_exposants">e</sup> journée

    Emilie is back

    mercredi 30 décembre 2015, par Joss

    Pour la deuxième journée on s’en va à Saint-Etienne pour défier Calais qui est juste derrière nous au classement et Saint-Etienne qui est à égalité de points avec nous. Des matches à 6 points comme qui dirait...


    Vu que la COP 21 et tout ça nous a profondément touché, on décide de tous de prendre notre voiture. Allez hop les 2°C ! Pan ! Du coup nous arrivons, Emilie, Marie, Marion une fan, Edern, Patrick, Dominique, Jean-Marc et Jocelyn presque synchrones à la salle d’Ecault, qui dans deux ans sera classée monument historique. Sans Jérôme, il s’est coincé le dos en déplaçant des vertèbres. Ça doit être super lourd.

     Calais, ça mange quoi des regrets ?

    On commence par le double mixte Marie et moi, face à un cogneur et une cogneuse, ce qu’on appelle dans le jargon un couple de cogneurs. Et bien ma foi, on remporte le premier set sur un malentendu, hé hé hé. Bon dans le deuxième nous ne faisons plus illusion, malgré quelques coups flamboyants. En fait non, on a pas bien joué tout au long de ce set et on s’est même pris quelques pains bien mérités. Pendant ce temps Edern nous fait enfin honneur en disposant de son adversaire en deux sets.

    Dans le troisième set du mixte, nous sommes menés tout le long jusqu’au point du match à 20-18. Une attaque molle de l’adversaire, je pense Marie sur le coup qui me fait comprendre que non, je renvoie une cloche de revers pourrie (vous la connaissez tous, je ne sais faire que ça) en dehors du terrain, le calaisien s’élève au dessus de la mêlée et claque un smash puissant dans le filet. Est-ce le tournant du match ? Non la paire de Calais ne laisse pas passer son autre volant de match.

    Heureusement derrière c’est Lucas qui joue en tant que joueur 2, vu qu’il est moins coté que son père. Si quelqu’un arrive à comprendre le nouveau système de notation de la FFBad il gagne une nuit d’amour avec Plumy. Ou alors ils rajoutent des points bonus aux vétérans pour l’ensemble de leur œuvre. Bref Lucas ne fait pas dans la dentelle (de Calais arf arf), et nous signe une nouvelle victoire en deux sets.

    C’est le tour d’Emilie d’aller au casse-pipe face à la calaisienne cogneuse et néanmoins sympathique. Elle cogne, mais elle se place bien aussi et possède un sens tactique qui font bien mal à notre pauvre Émilie, qui n’a plus vue de compétition depuis un bon moment. Même à la télé. Ce qui donne un potion amère dans le premier set et une meilleure performance dans le second.

    Il n’empêche que Calais revient à notre hauteur dans cette rencontre, à l’aube d’aligner Patrick en simple 1 (pour l’ensemble de son œuvre). Patrick possède un art subtil, celui de nous faire peur. Et son premier set en est l’illustration. Il le laisse filer pour mieux user l’adversaire dans le deuxième. Dans le troisième, il n’y a plus d’adversaire (en même temps c’est Marie et moi qui avions entamé le travail de sape). Pour la petite histoire il se blessera même à la fin de la journée face à François le pit’ de Longuenesse.

    JPEG - 891.1 ko

    Du coup, la responsabilité de la victoire revient à notre double homme vétéran star, (roulements de tambour) Jean-Marc et Dominique !!!!! Le premier set est merveilleux, les photos l’attestent, du coup je vais donner des conseils. Ensuite ça se délite de manière incompréhensible. Qu’est-ce qui se grippe ? Quels points cruciaux sont-ils perdus ? impossible de dire, donc pas de conseils, je suis pas un gars qui parle dans le vide, sauf maintenant - je peux pas écrire tout bas - j’aime déclamer ce que je tape. Alors quoi donc ! Dominique, Jean-Marc ! Entrez ici au panthéon de la défaite indigne ! Avec les trémolos dans la voix à la Malraux. La défaite n’est pas indigne, mais ça allait mieux avec Malraux.

    Calais résiste en signe un nouveau nul face à une équipe du top 3. Ok il n’y a pas de top 3 en D4, mais s’il y en avait, on serait dedans. Nous pouvons donc nourrir des regrets, mais bon nous restons toujours invaincus.

     Saint-Etienne, le derby forcément

    Il est des équipes contre lesquelles nous aimons bien gagner et d’autres contre lesquelles nous n’aimons pas perdre. Saint-Etienne fait partie des deux. Foin des querelles de clochers ! Au 21è siècle tout de même est-ce sérieux de raviver d’obscures guerre des boutons ? Que nenni ! C’est dans un esprit de joie et de bonne humeur qu’Émilie et Edern entament simple dame et simple homme 3.

    JPEG - 930.9 ko

    Il faut rendre hommage à l’adversaire d’Edern qui ne perd pas son calme un instant : il mène quasiment tous les échanges, contruit tous les points, met Edern en difficulté sur chacun de ses retours. Mais Edern remet toujours un volant de plus. Même pour nous, ses plus fervents supporters, c’est un supplice à voir. Edern remporte le premier set sur le fil, puis son adversaire lache prise dans le second.

    Une fois un point terminé, il est d’usage, si le volant perdu est dans notre partie de terrain, de le rendre à l’adversaire pour le service à suivre. Même si c’est encore sujet à contreverse, on estime qu’il existe à ce jour 23 techniques différentes de restitution de volant (36 selon Yanis qui s’inspire des chambres de Shaolin) qui peuvent elles-mêmes se partager en deux tendances majeures. La première est celle dite "du bas vers le haut" et se trouve popularisée sous la forme d’un service en cloche, la seconde est dite "du haut vers le bas" et peut se représenter par un smash pleine face. Il y a évidemment une tendance plus sympathique que l’autre. Gageons que l’adversaire d’Emilie ne la connaisse pas encore, beaucoup d’expérience en la matière il lui reste à acquérir. D’autant que dans le premier set, elle n’arrête pas de lui rendre des volants. Dans le deuxième set Emilie entre dans son passage à vide. Heureusement en général ça ne dure qu’un seul set. Dans le troisième toute l’équipe est derrière elle et la pousse à l’exploit. Un superbe match remporté avec la manière.

    Lucas reprend la place de numéro 1 après discussion amiable avec le capitaine de Saint-Etienne pour qui on peut se fier simplement au classement, ce qui est logique vu qu’en ce moment Lucas est plus performant que Patrick. Une fois encore il fait le job en deux sets, puissance placement, physique on ne va pas trop en jeter non plus, c’est pas trop le style de la maison. C’est au tour de Patrick. Nous menons trois à rien, il peut nous apporter la victoire et ainsi sécuriser les doubles.

    Alors, il faut savoir que peu de membres du club ont jamais été envoûtés, ni maraboutés, ni ont cru à des conneries pareilles. Et pourtant. Peut-être que l’âge aidant, on commence à croire aux forces de l’esprit, il n’en reste pas moins qu’après un brillantissime premier set, Patrick retombe dans ses travers de la première journée. Il bafouille son bad jusqu’à laisser le deuxième à son adversaire à 22-20, puis se désunit complètement dans le troisième. Voilà que Patrick se met à gamberger maintenant ! Mais où va-t’-on ?

    Tout droit dans les doubles décisifs. Moi-même un peu en perte de confiance ces derniers temps, je me suis habilement aligné en double mixte avec Marie à la place de faire un simple, alors que la responsabilité de la victoire revient à notre double homme vétéran star, (roulements de tambour) Jean-Marc et Dominique !!!! Oui, il faut savoir laisser la responsabilité des trucs délicats aux autres en général. Le double mixte stéphanois se connait bien et a peu de volants à nous rendre, j’en évite quand même de peu. Bref nous n’existons pas dans ce match, mais nous commençons à avoir des automatismes. Et surtout je signe un magnifique 100% depuis le début des interclubs, 100% de défaites en mixte et en simple. Il ne me reste plus que le double homme pour confirmer.

    A côté ça part mal pour Dominique et Jim, qui concèdent le premier set sur un score sans appel. Serait-ce la fin d’un coaching inspiré, d’une stratégie brillante, d’une foi inébranlable en ses joueurs ? Beuh non ! Nos vétérans enlèvent le deuxième set comme Roméo Juliette et laissent parler l’expérience dans le dernier, sachant maîtriser la pression comme un barman derrière son comptoir.

    Ce derby remporté nous permet de prendre un peu plus d’avance sur Calais et sur Saint-Etienne, tout en maintenant Longuenesse à deux points.

     Pour conclure

    Nous sommes actuellement deuxièmes à égalité de points avec le premier Lens, idéalement placés en embuscade. Gniark gniark gniark ! Le prochain déplacement à Calais nous verra affronter Vitry un poursuivant direct, l’actuel troisième qui a fait chuter le leader. Cette rencontre sera encore un match à 6 points. Il faudra aussi se méfier du retour en force de Longuenesse qui a récupéré François et une fille qui fait mal.

     Voyons ce que donnent les chiffres

    Un nul une victoire.

    En détail :

    Boulogne 3/3 Calais
    Les scores
    Boulogne 4/2 Saint-Etienne
    Les scores