Lire aussi

  • 4e journée

  • 3e journée

  • 1re journée

  • Accueil > Archives > 2005/2006 > 2e journée

    2<sup class="typo_exposants">e</sup> journée
    2<sup class="typo_exposants">e</sup> journée

    Vache de belle salle de sport la salle du manège !

    dimanche 18 décembre 2005, par Joss

    Aire-sur-la-Lys, déjà c’est une jolie ville, mais jouer dans la salle du manège ça donne des ailes, tellement elle est belle (ça rime, j’fais faire poète, enfin une déclaration à une salle de sport, ok, c’est moyen...).

     Résumé des épisodes précédents

    Juste avant Aire-sur-la-Lys, nous sommes deuxièmes ex-aequo derrière Verquin, avec trois équipes dont l’une possède un point average supérieur au notre. Devinez laquelle ? Aire-sur-la-Lys, bravo Madame, vous avez gagné un magnifique grille-pain à l’amiante ! Du coup il faut aligner le meilleur de ce qu’on a chez les loisirs du V.O.C. : Patrick Pecqueux qui a promis de sortir de sa retraite (- euh non pas ce coup-ci), Eric Bonningues (- euh bin toujours convalescent), Xavier Oudin (- euh bah non, il y a mes parents), Jérôme Telliez (- Euh bin samedi, j’vais me mettre la gueule à terre, ramasse-poussière). Et les filles ? Toujours présentes, ça on peut vraiment compter sur elles ! Le noyau dur du V.O.C. ressemble de plus en plus à celui d’un atome petit mais résistant, du coup on a trois nouveaux électrons qui viennent graviter : Peggy l’insubmersible ?, non, l’insurgée ?, non plus, ah oui : l’insupportable !, Pierrick le Nantais (encore un à Boulogne !), Kevin the silent assassin, bon il a tué personne, mais qu’est-ce qu’il est silencieux !

    En bref le but de cette journée est de ne pas perdre de points contre Hersin 3 et Arras 4 et de gagner face à Aire 3 (’tain c’est con que c’est pas Aire 2 et qu’on est pas en D2, parce que j’ai un super jeu de mots avec Aire 2 D2, j’avais un fil conducteur là, la guerre des étoiles tout ça, je vais le noter quand même).

     Hersin 3, les vieilles connaissances

    GIF - 20.1 ko
    Jean-Marc...
    ... et sa fidèle Excalibad.

    Vous vous souvenez du 3è dimanche ? On avait gagné, donc aujourd’hui on doit rééditer si tout va bien. Eric remporte habilement son simple, un peu accroché dans le premier set, il déroule dans le second. Ensuite vient Jean-Marc, plus jamais en simple ne s’alignera (gnah gnah, c’est nul, mais j’ai un contrat à la ligne, alors j’vais toutes les faire oui Madame !), ok le simple mais pas le matin, pas de bol Jean-Marc, LE simple et LE matin. Du coup de rage il perd le gain du premier set, et remporte le second, galvanisé par la foule en délire (pour quelqu’un qui n’aime pas les simples, il en prend toujours une double portion, je vous ferais remarquer...). Le troisième est une formalité. Bravo Jim, à l’avenir tu ne joueras plus qu’en double, promis.

    Débutent simultanément deux simples de dingues, Peggy et Pierrick. Peggy ne veut pas jouer de simples (c’est une maladie au V.O.C.) du coup je l’aligne quand même (c’est une maladie chez moi). Pierrick joue face au géant hersinois fan de Marie. Tous les deux ils remportent le premier set ! Et c’est ça qui est dingue, Peggy arrêtant de faire le pitre pendant tout un set, et Pierrick lâché dans la fosse au géant pour sa première compète ! Bon après ça diverge, Pierrick est vite rattrappé par le géant Franck qui le broie lentement dans les deux autres manches, et Peggy met une roue de vélo à son adversaire ! Quand je vous dis que c’est dingue !

    Derrière je m’aligne avec le troisième bleu-bite Kevin en même temps que jouent Marie-Laure et Jean-Marc. Bon je passe carrément à côté du match dans les deux sets avec des services désastreux, heureusement Marie et Jim font l’inverse. Ils gagnent propre et bien, du coup la victoire nous est acquise. Kevin si tu nous écoutes, désolé d’avoir joué comme une bouse.

     Arras, ici Arras, deux minutes d'arrêt, les voyageurs à destination de... GRZ ...

    haut de l’article
    Bon bin c’est pareil pour Arras, nous les avons battus l’année dernière, mais là je reconnais personne (et j’suis pas en Harley Davidson), bonne nouvelle, malgré une bringue à tout casser la veille, Guillaume tient à assurer son quart ! Il y en a des ti qui devraient en prendre de la graine. Justement c’est lui qui débute et laisse 5 points à son adversaire devant ses supporters ébahis. Moi je dis une bonne nuit de 4 heures il n’y a rien de tel.

    GIF - 27.4 ko
    L’oeil du tigre ne peut rien...
    ... face à une fille en jupe.

    Charlotte rencontre quant à elle une fille en... JUPE ! Aaarrghh ! Donc déjà tu vois le niveau, c’est pareil que si nous on débarquait avec des pompes Yonex spéciales pour faire du bad, ou des polos tous de la même couleur avec marqué V.O.C. dessus. Une fille ne s’achète pas une jupe pour faire du sport si elle ne rentabilise pas l’investissement. Genre des heures et des heures d’entraînement dans un camp militaire à Cayenne, ou même les légionnaires se font porter pâles. Et la suprême récompense de cet entraînement physique au bout du bout du mental, c’est pas la jupe, vu qu’elle joue déjà avec, non c’est le pantalon coordonné qui se claque sous la jupe ! Non seulement c’est mega hype tendance, mais en plus ça a l’air super pratique, tu t’échauffes avec le futal, tu l’enlèves, tu joues ton match en jupe, tu le gagnes (forcément vu que t’es en jupe), et hop tu le remets. J’vous le donne dans le mille messieurs-dames, l’adversaire de notre infortunée Charlotte possède cet accessoire redoutable ! Je crois que tout est dit, Charlotte tombe avec les honneurs au champ du même nom.

    Mais, et Eric dans tout ça ? Encore deux fois 15-0. Quelqu’un dans une église brûle un cierge pour qu’il tombe sur un adversaire à sa mesure. Puis Kevin, encore sous le choc de la jupe transformable, se prend une bonne claque, mais toujours avec le sourire et en silence, ce qui fait de lui l’exact opposé de Peggy, sauf pour le sourire. Commence un de ces duels à quatre (ça existe quatruel ?) dont Jim et Pierrick sont les héros. Avec leurs adversaires bien évidemment qui après la concession du premier set, s’acharnent sur Pierrick qui oublie la notion d’attaque. Bin si Pierrick, même Marie-Jo (un PNJ du V.O.C., compagne de Ricou) murmure "attaque, attaque". Du coup il faut un troisième set pour départager nos tourtereaux. Alors qu’une conviction naît dans l’esprit de Pierrick (mais bien entendu les nantais possèdent un esprit !), Pegguillaume entament leur double mixte, qu’ils remportent sans trop de mal, grâce à quelques coups décisifs de Peggy bin si si, et forcément Guillaume, qui a réussi le tour de force de rester concentré. La conviction de Pierrick ? Il sait qu’ils vont remporter le troisième set, comme elle est bien ancrée, la conviction, ils remportent leur match ! Du coup nous remplissons de nouveau une partie du contrat. Oui je n’ai pas joué, mais il n’y a aucune relation de cause à effet. Passons à LA rencontre.

     Aire 3 vs Boulogne, son port de pêche, sa cathédrale, son aquarium et... ses guerriers du V.O.C. !

    haut de l’article
    Il ne nous reste plus qu’à battre Aire-sur-la-Lys, chez lui, c’est comme si on demandait au LOSC de claquer trois buts à Gerland. Pour réaliser cette performance, il faut bétonner l’équipe, c’est avec un soupçon de remords que je fais jouer deux fois Ricou et Guillaume, en simple et double homme. Mais, tout à leur émerveillement dû à l’émotion qu’engendre leur participation à cet interclub, Pierrick et Kevin ne me tiennent pas rigueur du fait que leur nom n’est pas inscrit sur l’ultime feuille de match de la journée (c’est du moins l’idée que je me fais du nécessaire sens du sacrifice qui doit animer chacun d’entre nous, d’ailleurs Kevin est d’accord avec ce choix - qui ne dit mot consent - et Pierrick est trop bien elevé pour être désagréable). Marie la résistante est aussi de la partie, de même que la paire Jim/Charlotte. Sous le coup de la terrible et ancienne malédiction qui exige qu’à chaque participation de Jean-Marc à un simple je doive moi aussi en disputer un (si tant joue icelui-devant Jean-Marc en simple, soyons Jocelyn avoir obligation de le faire de même ancienne malédiction, ancien français), je représente le joueur trois. En plus je sers comme une molle merde en double.

    Tandis que dans une église inconnue se consume un cierge mafflu, Ricou et Marie entament les hostilités. Et là on a du match à retordre mes aïeux ! Le gars d’Aire, nous l’appelerons Franck, n’est pas numéro 1 pour rien, et commence un combat acharné qui voit Ricou être mis en difficulté pour la première depuis novembre 2004 au cours du fameux 2è dimanche. L’airois ne commet que deux fautes dans le premier set : il perd son service alors qu’il mène 14/12, et il demande le gain du set en un point à 14 partout. Ricou, c’est pas le gars technique, c’est plutôt une sorte de piège à loup, au plus tu te débats, au plus ses dents se referment sur ton mollet, et il lui suffit d’une occaz’, il marque. Il arrache le premier set à Aire dans les hurlements de la foule en délire. Pendant ce temps Marie fait pareil que Ricou, sauf que on peut gueuler allez Ricou, mais ’faut pas encourager Marie, sinon elle fait des gestes obscènes.

    Dans le deuxième set Ricou est méconnaissable, il laisse quasi filer le set soi-disant pour récupérer... Et chose incroyable il perd un set pour la première depuis novembre 2004 au cours du fameux 2è dimanche, en inscrivant trois malheureux points. Pendant ce temps Marie fait pareil que Ricou, sauf que on peut toujours gueuler allez Ricou, mais ’faut toujours pas encourager Marie, sinon elle fait des gestes de plus en plus obscènes, en inscrivant trois malheureux points.

    Le troisième set voit Ricou et son adversaire lâcher les flingues et sortir leur couteau, ça va se finir dans le sang, et il va y avoir de la souffrance avant, surtout que les couteaux ils ont des crans. D’ailleurs à cran nous le sommes tous tellement l’issue du match est incertaine et jusqu’à la fin on croit que Croc blanc va se sortir la papatte de là, mais finalement les puissantes machoires de métal lui broient le membre dans une bouillie sanguinolente. Le hurlement de joie qui s’élève du banc du V.O.C est à la hauteur du spectacle. Chais pas c’est qui qu’a brûlé le cierge, mais j’voudrais bien savoir c’est qui. Pendant ce temps Marie fait pareil que Ricou, sauf que c’est sa papatte à elle qui est méchamment broyée.

    GIF - 24.8 ko
    Hyperventilation...
    ... de l’espace

    Alors Guillaume, lui il a pris un abonnement à un score on dirait de la pub pour les renseignements téléphoniques : quinze deux quinze trois, quinze deux quinze trois, quinze deux quinze deux quinze deux, quinze trois. C’est court mais je peux pas le voir trop jouer, vu que j’entre en lice à mon tour. Ca fait bien quatre semaines que mes deltoïdes et mes cris de super saïens ont déserté les salles de sports, j’ai fait des exercices vocaux toute la matinée, et je soulève cent cinquante kilos de fonte avec mes cordes vocales bi-quotidiennement depuis ma puberté. Mais en ce moment j’ai un manque de confiance en moi terrible. Le gars David, en face est un vrai numéro trois, il n’hésite pas à attaquer, il fait des fautes directes, et il est très sympathique. C’est très serré dans le premier set on mène à tour de rôle, j’ai même des volants de set, mais il me rejoint à 14 égal, inutile de préciser que pour en arriver là, je ne me suis pas économisé. Je suis en hyper ventilation depuis zéro-zéro, il me laisse choisir, moi je dis en trois, j’aurais dû dire en un, mais bon malgré quelques conneries mon bras ne tremble pas et en un hurlement je remporte enfin un set en simple depuis mai 2005 ! Je suis cuit.

    Charlotte et Jean-Marc entament leur match sur le terrain d’à côté. Je suis encore plus cuit, je renvoie le volant comme je peux, je passe en hyper ventilation de l’espace, mais je laisse trop filer le match pour espérer revenir, cependant j’arrive à glisser quelques points crevants. J’ai des hallucinations acoustiques, je me crois de nouveau à Montreuil lorsque d’honnêtes compétiteurs affirmaient que le service de Jim était faux. Une nouvelle contreverse du service à Jean-Marc, va falloir consulter des experts. Alors que Charlotte et Jim empochent leur match, c’est trop facile de dire que le service est faux parce qu’on n’arrive pas à savoir où il va partir, c’est l’essence même d’un service parfait d’être là où on ne s’y attend pas, et pis Jean-Marc, il ne fait pas trois fois le tour du volant avec sa raquette, c’est simplement une prise d’élan nécessaire à la propulsion du volant sur la ligne avant que quiconque ne le touche, David et moi entamons le troisième set.

    Je commence encore par laisser filer les points jusqu’à ce que les paroles de Guillaume pendant la pause me reviennent : le score est de 3-1, si tu gagnes le set, la rencontre est pour nous, et Ricou et moi on n’aura plus la pression. Malin lui, il est mûr pour passer capitaine. Alors j’embraye la sublimation de l’hyperventilation de l’espace qui me permet de capter l’oxygène contenu dans l’eau, parce que celui qui est présent dans l’air ne me suffit plus. Et lorsque je rattrappe David à six partout je n’ai plus mal nulle part, en même temps je respire comme braie l’âne : hiii haaan, hiii haaan, hiii haaan. J’arrive à poser le jeu et à dérouler et, grâce à la sublimation de l’hyperventilation de l’espace, j’arrive encore à hurler plus fort que tout quand je remporte le match.

    GIF - 32.2 ko
    Donne un "six coups"...
    ... à Joe DALTON !

    Maintenant il ne reste plus à la paire Ricou / Guillaume qu’à renforcer le point-average, surtout que le gars avec qui je viens de jouer est dans le double homme airois. Le problème c’est que l’enjeu n’est plus assez important pour Môssieur Eric qui a du mal à donner quelques coups de canif là où il débitait de la barbaque à tendons il y a une heure. C’est dommage, parce que dans les deux sets ils sont très proches de leurs opposants, mais on leur sait gré de ne prolonger trop la confrontation, il commence à se faire tard.

     Pour conclure

    haut de l’article
    L’année précédente il nous a fallu attendre la dernière journée pour arriver à comptabiliser trois victoires en trois rencontres, cette année l’équipe n’a pas perdu de temps. Si mes comptes sont justes, au pire nous sommes deuxièmes ex-aequo (au meilleur nous sommes premiers). Une excellente journée ma foi, surtout que Aire 3 est une équipe très proche de nous et qu’il a fallu d’un rien pour que le résultat bascule en notre faveur. La prochaine a lieu à DOMICILE et si on aligne enfin ce qu’il y a de plus brutal dans l’équipe, et avec le soutien du fan club, il n’y a pas de raisons qu’on fasse moins bien !

     Voyons ce que donnent les chiffres

    haut de l’article

    3 victoires.

    Boulogne 4/2 Hersin 3
    Boulogne 4/2 Arras 4
    Boulogne 4/2 Aire 3

    En détail (les victoires du VOC sont en gras) :

    Boulogne SCORE Hersin 3
    Eric STROMBONI 15/11 - 15/3 Christophe HAESEELE
    Jean-Marc MAUCCI 10/15 - 15/6 - 15/1 Samuel DHERSIN
    Pierrick MARY 15/9 - 8/15 - /15 Franck CHOLLE
    Peggy RAFAITIN 11/9 - 11/0 Lucie FROIDEVAL
    Marie-Laure H./Jean-Marc M. 15/8 - 15/12 Lucie F./Samuel D.
    Kevin L./Jocelyn K. 3/15 - 9/15 Christophe H./Franck C.
    Boulogne SCORE Arras 4
    Eric STROMBONI 15/0 - 15/0 Nicolas PART
    Guillaume CONTART 15/2 - 15/3 Yann LOZACH
    Kevin LENGLET 3/15 - 0/15 Benoît BIRGY
    Charlotte VERPOORT 6/11 - 4/11 Fanny MONCHY
    Peggy R./Guillaume C. 15/4 - 15/10 Fanny M./Yann L.
    Guillaume C./Jean-Marc M. 15/7 - 6/15 - 15/6
    Boulogne SCORE Aire 3
    Eric STROMBONI 15/14 - 3/15 - 15/10 Frank WILLEPOTTE
    Guillaume CONTART 15/3 - 15/2 Nicolas DEMOL
    Jocelyn KOLASA 18/16 - 6/15 - 15/6 David GALLAND
    Marie-Laure HUMBLOT 12/11 - 3/11 - 7/11 Muriel DELORY
    Charlotte V./Jean-Marc M. 15/6 - 15/7 Sabrina V./Stéphane PAEN
    Eric S./Guillaume C. 13/15 - 12/15 Frank W./David G.

     Les photos

    haut de l’article
    Si vous ne voulez pas avoir votre photo sur le site faites le savoir en adressant un mél à Joss.