Lire aussi

  • Une montée spectaculaire

  • Progrès inouïs

  • Accueil > Archives > Scotching > Etre fan

    Etre fan
    Etre fan

    Encourage-toi et le ciel t’encouragera.

    jeudi 9 février 2006, par Coach Lasa

    L’art d’encourager n’est pas donné à la cuisse de Jupiter, comme disait Staad Du Heysel. Loin des excès hooliganiens il est nécessaire de donner de la voix afin de pousser les membres de son club à se dépasser. Mais il ne faut pas le faire n’importe comment. Voici quelques clefs de "l’encourage attitude".

    GIF - 39.6 ko
    Franck possède
    l’encourage attitude !

    Tout d’abord le badminton est un sport fait de classe, de légereté, de toucher, de finesse et de frappe enlevées. Donc oublie de suite ta crécelle et ton tambour, ils ne sont pas les bienvenus dans une compète de bad. Ne perdons pas de vue que le badminton fut importé en Europe par nos amis britanniques dont la classe et la distinction font l’envie de tous sur le continent, il te suffit d’observer les travées de Sheffield ou de Old Trafford les soirs de match pour t’en convaincre.

    Tu veux crier à tue-tête "allez le VOC, allez Boulogne", mais tût tût tût, es-tu sûr-e de distinguer un point perdu d’un point gagné ? Il est essentiel à tout-e supporteur-trice de bad de savoir distinguer ces deux points. Le point gagné est acquis lorsque le volant heurte le sol dans les limites du terrain de l’adversaire, pour faire simple ton adversaire n’est pas en mesure de te renvoyer le volant. Un point est perdu lorsque le volant sort ou n’atteint pas les limites du terrain adverse, soit encore : tu as lamentablement manqué de que tu as entrepris.

    Tout point gagné doit être discrètement applaudi, quelque soit celui qui marque. Il peut être accompagné de hurlements enthousiastes, s’il est le fait d’un pensionnaire du Volant Opale Club. Bien évidemment plus le point est long, plus il mérite des décibels supplémentaires.

    Tout point perdu doit être souligné par un "ooh" de déception contenue, ou tout simplement d’un "dommage". Lorsqu’il s’agit d’un membre du club, il peut être discrètement assorti d’un "pousse" ou alors d’un "dans le terrain". Un point perdu NE DOIT PAS être applaudi, même s’il est en notre faveur.

    Tu peux te maquiller pour faire la-le supporteuse-eur, mais le VOC n’ayant pas de couleur véritablement identifiable, ça n’est pas indispensable. Préviens tout de même l’équipe si c’est intentionnel qu’aucune gaffe ne soit commise à l’encontre de ton fond de teint.

    Quelques questions fréquentes :
    Tout ceci est tout bonnement merveilleux. Quand puis-je donc exercer le noble art de l’encouragement ?
    Eh bien il suffit de te renseigner sur les compétitions auxquelles les pensionnaires du VOC participent, de t’y rendre et d’appliquer au mieux ces quelques recommandations. N’hésite pas à te faire la main lors des entraînements en poussant quelques "allez" destinés à toi-même dans un premier temps.
    Je possède un merveilleux polo du Volant Opale Club acheté à un prix modique, puis-je le mettre pour pratiquer cet exercice ?
    Décidément tu veux le porter à toutes les sauces ce merveilleux polo du Volant Opale Club ! Eh bien sache que c’est possible, et valable pour les deux sexes ! Sinon il existe des tenues adaptées à base de microjupes plissées, comme peuvent en porter nos sympathiques amies d’outre-antlantique.
    Je déteste enfreindre les règles, mais n’existe-t’-il pas des cas particuliers permettant d’applaudir un point perdu ?
    Il faut absolument réserver cette pratique dans un but de déstabilisation de l’adversaire, lorsque ce dernier est particulièrement détestable. Cela arrive peu bien heureusement dans le badminton !
    Est-il permis de s’encourager soi-même ?
    Ma foi, les meilleurs-es encourageurs-ses ont commencé par se faire la main sur eux-mêmes, si je puis me permettre ce raccourci quasi pornographique. Même s’il est difficile de pratiquer cet art oral sur soi-même, il est la base de tout supporteur-se qui se respecte. Encourage-toi toi-même, si tu veux encourager les autres.