VOLANT OPALE CLUB
Le badminton à Boulogne-sur-Mer
Le badminton à Boulogne-sur-Mer

Accueil > Déboulonné > Le vainqueur virtuel éliminé en 8è

Le vainqueur virtuel éliminé en 8è

lundi 20 avril 2015

C’est une fois de plus le drame dans le tableau NC/D4 : le vainqueur virtuel du tournoi se fait éliminer dès les 8è de finale.

Pendant toute la semaine précédant le tournoi, le numéro 1 virtuel du Volant Opale Club déroule des entraînements magiques, battant son maître vénérable (il se vénère pour que dalle) Ku Laza et son corrélégionnaire Ya Nizz (pourtant D1 et néanmoins inférieur) en deux sets secs, n’échouant en trois sets que devant le grand Sensei Ip Pec-Pec.

Le Déboulonné 2015 est tout prêt à s’abandonner à ses bras virils, d’autant plus que sa valeur est révélée : il est la tête de série de sa poule, il ne nous l’apprend modestement qu’à 300 reprises.

Notre double tenant du titre virtuel est plus que préparé : il n’utilise pas ses volants, autant que ce soit ses adversaires qui le fassent, vu qu’il ne vont pas passer les poules. Ça serait dommage de gâcher les siens. Néanmoins il prévoit tout de même 5 tubes de Mavis plaqués or. On ne sait jamais, après la finale, il y a peut-être un boss caché...

Après une campagne magnifique de poules où il explose comme il se doit des adversaires qui ont tenu leur première raquette la veille au soir, il peste à juste titre contre les qualifications. Premier de sa poule, pourquoi ne joue-t’-il pas directement la finale ?

C’est François du club de Longuenesse, un ancien partenaire d’entraînement, qui va subir son juste courroux.

Quand la dignité se confond avec l’humilité, c’est l’humanité qui progresse.

Cependant notre meilleur virtua-player ne s’entraîne pas trois fois par jour avec des volants plume comme le coq de Longuenesse (rapport à la plume). Et il s’incline au bout du troisième set 24-22, ouvrant magnanimement le chemin de la finale à son adversaire ébloui par son propre exploit. Ce n’est pas tous les jours qu’on bat le vainqueur du tournoi dès les huitièmes, fût-il virtuel.

Mais notre demi-dieu du bad ne se démonte pas pour autant : En plastique j’aurais gagné, et pareil chez les D3/D1 et au moins finale chez les C, nous déclare-t’-il humblement.

C’est avec sa dignité coutumière qu’il se console avec un des potes de sa crew avec qui il partage tout (clin d’œil grivois), comme on peut le constater sur ce magnifique instantané.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.