Lire aussi

  • 4è dimanche

  • 2è & 3è journée

  • Bonsoir de l'ABS

  • 2è dimanche

  • Et la Nationale 3 ?

  • 1re journée

  • Chemin Vert

  • Le bad chez soi

  • Dos d'âne

  • 1er dimanche

  • Accueil > Archives > 2004/2005 > 3è dimanche

    3è dimanche
    3è dimanche

    Notre meilleure journée

    dimanche 9 janvier 2005, par Joss

    Notre meilleure journée, qui aurait pu être meilleure encore. Confrontation de titans entre l’hémisphère nord et l’hémisphère sud... du Pas-de-Calais.

     Un peu d'histoire

    Plaçons-nous dans le contexte d’avant la troisième journée. Au classement provisoire, nous sommes 7es sur 12, les deux seules équipes qui nous ont battues sont 2es et 3es, et on rencontre ce jour l’équipe numéro 1, Marles-les-Mines, ainsi que deux équipes très proches du VOC au général les 5es et les 8es. Autant dire que bon, c’est comme qui dirait que c’est des matches à 6 points, tu vois quoi. Je prépare donc mes feuilles de match la veille. Enorme. Du jamais fait jusqu’alors. Précisons qu’on a un effectif pléthorique de 10 gars plus 3 filles, et qu’il s’agit de TOUS les faire jouer, minimum deux matches. La veille Machiavel était dans mon crâne. Mais ce fumier s’est barré au petit matin, sans même laisser un mot.

     Et le soleil se lève sur Calais

    Personne ne se laisse impressionner par la beauté de la salle Calypso, très classe, genre tu te paumes mais t’as quand même repéré les toilettes, donc au pire t’auras de l’eau pour survivre. On attaque Hersin 4 avec le top de Boulogne 2, Eric, Xavier, Marie-Laure, qui a dit Ricou ? Eric sort doucement de sa nuit, c’est pas tous les jours qu’on lui met 9 points, face à un géant sympathique, qui s’incline en deux sets. Xavier assure tranquillement de son côté en deux sets, j’me demande s’il a même changé de couleur. Arrive l’adversaire de Marie, en jupe. Mauvais signe, comme n’hésite pas à le noter Marie-Laure. Une nana en short méfie-toi, une nana en jupe numérote tes abattis. Prise à froid direk, Marie se mange une roue de bicyclette dans le premier set, malgré nos cris d’fous. De l’inédit... en interclub, euh pas les cris. Mais elle ne laisse pas tomber les bras dans le second et inscrit pas moins de 8 points. Mais pas plus non plus. Bon c’est sa première défaite. On ne peut pas lui en vouloir. Ricou entre sur le ring. Il a le goût du sang dans la bouche, les yeux injectés du même liquide, il laisse 6 points à son adversaire. J’commence à me dire que c’est une bonne recrue. Que dire du double messieurs Jérôme et Jean-Marc parfaits, en deux set, la victoire est nôtre, ce qui doit démotiver Thomas et Catherine. En même temps en face il y a le géant et la nana qui a explosé Marie. Ok, pas explosé, juste battu, et encore. C’est pas du tout évident à gérer, là on rigole parce que c’est fini, mais honnêtement je suis désolé pour Catherine. Thomas tu sors ! Non, en face il n’ont laissé nulle place où la main ne passe et ne repasse. 6 points, moi je dis c’est bien. Et clac 4/2, une victoire.

     Bon oui, con... oui

    La deuxième rencontre devait se jouer contre Verquin, mais j’accepte un deal avec Marles-les-Mines qui souhaite libérer un de ses joueurs le plus vite possible. "On commence la rencontre de suite, mais pas le simple dame". Secrètement j’attends l’arrivée des ferrets de la Reine, euh non l’arrivée de Charlotte et ainsi j’aligne face à Marles (numéro 1 à l’époque) la dream team. Niark ah ah ah, Machiavel, hier soir. Charlotte, l’arme fatale, après s’être bien fait prier, a accepté de représenter les couleurs de Boulogne 2, mais en fin de matinée. Juste en plein dans Marles. On entame donc les doubles, ça arrange tout le monde, le mixte et le messieurs. Bon le messieurs c’est Ricou et moi-même. Je n’ai donc pas vu le mixte qui se déroulait pourtant à deux pas, à peine, de moi. Marie et Nicolas, un bleu-bite de la D4, s’en sont mangé une sévère. La nana en face est vraiment TRÈS balèse. Ricou et moi sommes tendus comme le fil d’une arbalète. Et on gueule comme des porcs qu’on égorge à chaque point gagné. Pas marqué, gagné. Sinon on n’aurait gueulé que six fois dans le premier set. Ouais pas super brillants là-dessus. J’entends la foule penser - parce que quand je suis à bout, j’entends penser la foule - "ouais, ça gueule, mais c’est pas foutu de remporter un set". Et je n’aime pas ça, d’ailleurs je pense que Ricou a le même ressenti, on resserre carrément le jeu on frappe comme des brutes et on gueule encore pire. Et on remporte le deuxième set. Et on n’a pas fini de gueuler. On entame le 3e, à côté j’entends comme un Niark ah ah, et je vois le simple dame commencer. Mais pas avec Charlotte, vu qu’elle n’est pas arrivée. Je crois même que c’est un simple échauffement de la fille de Marles avec Catherine. Le troisième set me brise partiellement la voix, et mes maladresses (prendre le volant à la barbe de Ricou, ça c’est une maladresse, pis il n’aime pas ça du tout, je ne le fais plus après) et celles de Ricou aussi - je me souviens plus desquelles, mais il en fait SI ! - nous font perdre beaucoup trop de points. Mais nos décibels, la rage de vaincre et une certaine grâce - on est fort gracieux au VOC - emportent la décision, tels des hyènes une antilope à de jeunes guépards, qui croient naïvement que tuer c’est manger. Je pense alors que Ricou est une bonne recrue. Je me précipite sur le banc demander des nouvelles de notre ex-commando navy seals des forces spéciales du VOC, qui arrive dans une dizaine de minutes. Cool. Je ne réalise pas que Catherine est en train de jouer le simple dame. Pauvre Catherine. Elle se bat, mais tombe sous la mitraille d’une joueuse chevronnée, classée, en jupe, que seule - peut-être - l’arme fatale eût pu vaincre. La retorse capitaine de Marles joue sur du velours à ce moment-là, moi j’suis carrément dég’. Machiavel s’est barré à Marles, Niark ah ah. Le simple 3 commence avec Xavier HARLAY, un autre bleu-bite de D4, encore un gueulard du reste, alors qu’arrive Charlotte. Il se bat à mort et ne concède le premier set qu’à l’issue d’une confrontation qui entame un peu plus les fondations de la Calypso, et je ne parle pas du rafiot de feu-Cousteau. Au terme de ce set dantesque il s’effondre tel un footballeur dans la surface, se trémousse, se tient le genou. Bon ça va c’est que le premier set, allez relève-toi maintenant... Mais non il souffre vraiment, bien fait d’apporter la trousse de secours moi. Finalement une gentille infirmère de Verquin lui fait un ’tain de bandage, il se relève... pour repartir à sa maison. Abandon. On a quasiment un blessé par journée, ça se dépeuple en loisirs... Je crois qu’il y a une expression vulgaire qui qualifierait l’truc : les loisirs du VOC ils ont été fini à la..., mais je ne me souviens plus d’la fin. Menés 3-1 contre Marles, entre en lice pour le simple 2 Xavier OUDIN, notre géant perso. Il ne fait pas de détail dans le premier set. Dans le second il est carrément plus chahuté, mais comme il est agacé il le remporte de haute lutte. Ensuite Eric s’aligne et aligne son adversaire. Quelle régularité, Mister hundred percent. Avec une mention spéciale pour le 14e point du dernier set, qu’on ne voit que dans les films de bad (c’est en passe de détrôner le fung-fu à Hong-Kong, Tarantino est sur le coup), un revers de fond de cours croisé qui meurt en amorti ras du filet. Donc match nul contre Marles le numéro 1. Avec des regrets, Capitaine bleu-bite.

     Les p'tits jeunes c'est bien de les prendre en début de championnat

    La troisième rencontre, c’est Verquin, nos concurrents directs, à égalité de points. Des p’tits jeunes, qui ont eu le temps de se roder en compét’ et qui récupèrent... vite. Jean-Marc commence le simple 1, face à un jeune qui court partout et qui fait bouger notre Jean-Marc. Bien que mené 14 à x (x<10), Jim accroche le jeunot et égalise, mais écarlate, laisse le gain du set à Verquin. Le deuxième set reste très accroché mais l’issue d’icelui est encore la même. Il a bien couru l’Jean-Marc. Pendant ce temps un double mixte inédit se constitue, Charlotte et Thomas. C’est incroyable, mais Thomas avec la partenaire ad-hoc, a de l’intelligence de jeu. L’intelligence de jeu c’est un peu Goliath qui s’aperçoit que la caillasse de David est vachement pointue. J’ai vu deux points superbes de sagacité. En même temps en face, ils ne comprennent pas que l’arme fatale est une fille. Match serré, mais remporté en deux sets. Désireux de prendre des risques je me claque dans le simple 2. Je suis désarçonné par la manière de servir de mon adversaire seulement pendant 6-7 points consécutifs, mais j’m’adapte en perdant le premier set. Dans le deuxième je sers à sa façon, je le remporte, je suis mort. Dans le troisième je ne prends que 8-0 pour ne réssusciter qu’à 8-6. Après avoir enfoncé une porte de rage et gueulé pareil, je perds. Pendant ce temps qui me paraît des siècles, Charlotte remporte son simple comme ça paisible et Ricou de même en moins paisible. Ricou est une bonne recrue finalement. Le double messieurs attend 20 minutes que mon adversaire récupère vu qu’il joue face à Nicolas et Jérôme. Un jeune ça récupère vite, trop vite. Nicolas et Jérôme peinent à trouver leurs marques dans le premier set concédé, jusqu’au deuxième d’ailleurs concédé aussi malgré une belle mène au début. Bon deuxième match nul de la journée. Résolution, je me contente des doubles à l’avenir.

     Pour conclure

    Il n’en reste pas moins qu’avec 4 points nous avons marqué cette journée presque autant de points que les deux journées précédentes réunies. Encore un grand merci à tous les loisirs qui se sont levés tôt, à celle qui est venue en cours, aux supporteurs, à Verquin qui gueule pas mal aussi, une pensée particulière au blessé, il en a rêvé, l’interclub l’a fait, Xavier si tu nous regardes..., à la bombe de froid qui a réparé un joueur de Hersin - ah on me dit qu’il a perdu son bras ce matin -, et enfin vivement le dernier dimanche !

     Voyons ce que donnent les chiffres

    2 nul, 1 victoire.

    Boulogne 2 4/2 Hersin 4
    Boulogne 2 3/3 Marles
    Boulogne 2 3/3 Verquin 2

    En détail (les victoires du VOC sont en gras) :

    Boulogne 2 SCORE Hersin 4
    Eric BONNINGUES 15/9 - 15/2 Franck CHOLLE
    Xavier OUDIN 15/4 - 15/6 Christophe MAESEELE
    Eric STROMBONI 15/1 - 15/8 Hervé HALLE
    Marie-Laure HUMBLOT 0/11 - 8/11 Emilie LEMAÎTRE
    Catherine C./Thomas L. 5/15 - 1/15 Emilie L./Franck C.
    Jérôme T./Jean-Marc M. 15/5 - 15/1 Hervé H./Christophe M. 
    Boulogne 2 SCORE Marles
    Eric BONNINGUES 15/4 - 15/4 KEDZIVRA
    Xavier OUDIN 15/3 - 15/12 BROUTEL
    Xavier HARLAY 10/15 - wo HEUMEL
    Catherine CORMONT 0/11 - 0/11 NOWICKI
    Marie-Laure H./Nicolas B. 2/15 - 5/15 NOWICKI/BREUTEL
    Eric S./Joss K. 6/15 - 15/6 - 15/13 KEDZIVRA/HEUMEL
    Boulogne 2 SCORE Verquin 2
    Jean-Marc MAUCCI 14/17 - 13/15 Vincent GEVAS
    Jocelyn KOLASA 10/15 - 15/8 - 8/15 Thomas CHOQUET
    Eric STROMBONI 15/7 - 15/10 Maxime BOURDEAUX
    Charlotte JUSTIN 11/0 - 11/0 Delphine HERMANT
    Charlotte J./Thomas L. 15/11 - 15/13 Nathalie C./Gaëtan B.
    Nicolas B./Jérôme T. 3/15 - 7/15 Thomas C./Gaëtan B.

     Les photos

    Il suffit de cliquer dessus pour qu’elles apparaissent dans une fenêtre, agrandies. Mais je préviens il y a une patate de photos, et c’est la dernière fois que j’en incorpore autant. C’est un boulot de romain et j’suis pas fou ! Ouais il y a une blague dans la dernière phrase...